Articles cheval

Le cheval, un animal grégaire avant tout.

A l’heure où la qualité laisse aisément place à la quantité, où la consommation a pris le pas sur la profondeur des échanges et où certaines valeurs morales ne sont plus qu’un mythe, il reste cependant l’animalité, il reste l’instinct, il reste tout le non visible …

Le non visible, ce sont les vibrations. Ce sont les perceptions des forces qui se jouent en nous, la peur, la colère, l’amour… L’émotion crée une vibration dans notre chair, nos muscles, nos organes et plus encore. Cette vibration est perçue, par nous-mêmes si nous posons notre intention, mais surtout par les êtres qui ne sont régis que par cette sensibilité : les animaux. 

« L’Homme n’aura jamais la perfection du cheval »

Spinoza

Dites vous que, si le chien est capable d’anticiper une crise de diabète chez son petit humain, si le chat est capable de « pressentir » la mort ou le cheval anticiper votre arrivée au pré… c’est qu’ils vivent principalement au travers de ces vibrations qu’ils perçoivent de leur environnement. Comment alors ne pourraient-ils pas percevoir l’agitation émotionnelle qui vous traverse ? 

Cela étant posé, je vous propose pour ce nouvel écrit de nous intéresser d’un peu plus près à un des trois compères que je n’ai pas encore mis à l’honneur : le cheval ! 

Le pouvoir explosif des instincts

Depuis 7 000 ans le cheval fait partie du quotidien de l’Homme, qu’il soit monté, élevé, adulé, érigé aux côtés des dieux, il est présent et sa symbolique noble reste intacte.

Lorsque, dans mes consultations, je n’arrive pas à cerner correctement le déclencheur environnemental qui trouble l’animal, j’aime arrêter mon esprit pour revenir aux sources. Quel est l’animal que j’ai en face de moi et quelles sont les lois qui régissent sa nature ? Pour ce premier opus sur le cheval, je vous emmène avec moi pour une (re)découverte de cet animal si noble et sa façon de voir le monde.

La domestication fait certes son œuvre, il reste cependant une chose immuable : un animal n’est pas un Homme ! Le cheval, tout comme le chien ou le chat, ne peut vivre qu’en fonction de ce que Mère Nature à voulu qu’il soit. De ce fait, même avec la meilleure adaptation du monde, la vie psychique conceptuelle qui nous définit ne peut pas être comprise par l’animal. Ceci étant, bien entendu, différent de la capacité émotionnelle. 

L’échange et le lien…

Comme tout être vivant, le cheval ne déroge pas à cette recherche permanente qui façonne sa vie et sa réalité : l’échange et le lien. Avant tout animal grégaire, le cheval se construit et s’adapte en fonction de la vie de sa famille équine. La place qu’il occupe et les liens forts qu’il entretien avec les membres de celle-ci sont essentiels. Ils ont ce besoin d’être en lien avec le groupe, de pouvoir se reposer sur la présence de leurs congénères. Ce groupe où la communication est subtile et constante. Faire partie d’une harde est synonyme de protection également, au-delà d’un besoin d’interaction c’est également l’assurance de ne pas être seul face au danger. La composition d’une harde est d’ailleurs fort complexe si nous nous y penchons un peu plus. 

Comportements sociaux

La structure sociale se définit en harem et/ou en plusieurs groupes de mâles adultes jeunes et âgés. Les chevaux peuvent conserver des liens pendant de nombreuses années. Notamment en développant un système de communication et d’organisation leur permettant de protéger leur famille et leurs poulains. 

Une harde se compose généralement d’un étalon dominant et de quelques juments adultes (3 à 5 juments environs). On repère également des poulains de l’année ainsi que les poulains des deux dernières années. Il est plutôt facile de repérer l’alpha, généralement éloigné du troupeau, il veille sur sa famille.

Le leader quant à lui, est repérable car il s’agit en général d’un individu assez âgé possédant toute l’expérience de la vie. D’ailleurs, alpha et leader est-ce la même chose selon vous ? Si ces notions peuvent être facilement confondues, il n’en est rien pour nos chers destriers. Si le leader donne le « Là » en entrainant un mouvement de groupe, il n’a cependant aucune prérogative comparée à l’alpha. Ce dernier possède le statut le plus élevé, il sait faire « bouger les pieds » de son groupe. Par cela j’entends qu’il a une énergie suffisamment imposante pour protéger sa famille du danger en les dirigeant dans la bonne direction. 

Lorsque la vie se résume à faire partie d’un groupe, d’une famille, d’une harde … tout comportement est alors bien plus qu’un besoin hédoniste. Le comportement englobe également une grande part de rites sociaux. Ils permettant à la fois une place au sein de ce groupe et la reconnaissance de celui-ci pour l’individu. 

Et le rapport à l’Homme…

Le rapport à l'Homme ?
Le rapport à l’Homme ?

Et le rapport à l’Homme dans tout cela ? Certes un cheval n’a pas pour destinée de vivre à nos côtés tel un chien pourrait le faire. Mais cela ne lui enlève en rien ses capacités d’adaptation et sa nature grégaire. Une réelle relation de confiance doit naître entre l’homme et le cheval, ne serait-ce qu’à cause de leur nature respective. Gardons à l’esprit que l’Homme est un prédateur, le cheval nous voit donc telle notre nature. A nous de nous adapter à cette réalité en prenant conscience de l’impact de notre non-verbal. Ce sont en effet des éléments parfaitement bien analysés par cet animal. Par exemple, adoptez-vous la même posture lorsque vous pensez à votre dernière dispute et lorsque vous pensez à votre première réussite ? Notre posture et nos comportements sont le reflet de nos états internes. Si nous n’avons pas conscience de cela, soyez-rassurez, les chevaux captent cela instantanément. Leur nature aiguise cette faculté à lire le moindre changement en nous.

C’est sur cette belle réalité que je vous laisse replonger dans les mythes et légendes qui ont fait la noblesse de cet animal merveilleux. Je vous souhaite une belle continuation jusqu’au mois prochain pour le nouvel article.

Animalement vôtre,

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *